Le mot de la présidente pour clore la semaine des alternatives aux pesticides 2018

Marina Chélépine aux cotés de Gérard Boinon

FILM « SEMENCES DU FUTUR » Honorine Perino/ présenté par Gérard Boinon

Belley au cinéma arlequin / 30 mars 2018 / organisé par j’art d’ain partagé

Bonsoir et merci d’être présent(e)s pour cette projection en avant première du film d’honorine Perino avec la présence de Gérard Boinon

Merci d’être là pour marquer à nos cotés, à Belley la semaine nationale des alternatives aux pesticides

Merci d’être là en soutiens à notre association j’art d’ain partagé qui oeuvre depuis 2011 à la connaissance de la biodiversité par l’éducation populaire dans l’Ain et à Belley

Merci d’avoir fait l’effort de venir découvrir et débattre d’un sujet .. grave, qui touche la question du BIEN COMMUN, la biodiversité.

Je voudrais attirer votre attention sur la notion de PROPRETE. Nos rues sont propres, nos maisons doivent être propres, nos jardins doivent êtres propres.. c’est quoi la propreté aujourd’hui au 21 ème siècle ?

Les récentes découvertes scientifiques ont découvert que les bactéries en nombre dans notre intestin n’étaient pas une menace mais la condition siné qua non de notre immunité et aussi la signature de notre identité: c’est le microbiote de notre la flore intestinale. Le décodage de gène par des chercheurs français montre que nous abritons plusieurs million de gènes microbiens- c’est le programme Meta Geno Polis de l’INRA

Nous sommes multiple, nous sommes foisonnant.!

j’aborderais donc la thématique des pesticides par le verre à moitié plein plutôt que celui à moitié vide, en effet ces dernières années nous avions avancé grâce à des lois:

-Le 23 janvier 2014, le Parlement a adopté la loi Labbé (sénateur écologiste), prévoit l’interdiction de la commercialisation et de la détention des produits phytosanitaires pour les usages non professionnels à compter du 1er janvier 2022 ; une loi qui vient confirmer la nécessité d’en finir avec ces poisons.

-La loi sur la transition énergétique adoptée en juillet 2015, stipule que depuis le 1er janvier 2017, les collectivités ont interdiction de pulvériser des produits chimiques, pesticides, fongicides et herbicides, dans l’espace public. Le zéro pesticide dans les espaces verts – les parcs, promenades, forêts, jardins publics- s’accompagne de la mise en place du label « Terre Saine ».

-Au 1er janvier 2017, 85 % des services municipaux chargés en France de l’entretien des parcs, des bacs à fleurs, des cimetières, des trottoirs et de la voirie doivent donc changer leurs habitudes, se mettre au vert et adopter les bonnes recettes zéro phyto, basée sur la gestion différenciée : coccinelles pour lutter contre les pucerons, lance-flamme pour brûler les pissenlits ou choc hydraulique pour déloger les plantes indésirables, débroussailleuses, développement de la tonte et du fauchage au détriment du désherbage, enherbement pour protéger les sols, binette, bâchage et paillage dans les plates-bandes pour gagner la guerre contre ces plantes indésirables, souvent appelées à tort « mauvaises herbes »….

Quant aux habitants, ils doivent eux aussi changer leur regard sur les herbes folles, qui ne sont pas de la saleté, mais le signe d’une biodiversité végétale urbaine en bonne santé; de même pour les jardiniers amateurs d’adopter d’autres habitudes, d’autres gestes et surtout d’autres exigences vis à vis de la pratique du jardinage amateur: le jardin au naturel.

Le 20 mars 2015, l’Organisation Mondiale de la Santé a classé cinq pesticides dont le glyphosate, principe actif du Roundup, comme « cancérigène probable chez l’homme » ; décision qui va confirmer les études menées par le Professeur Gilles-Eric Séralini !

Et aujourd’hui il faudrait laisser du temps aux industriels de s’adapter… et d’écouler leurs poisons ? La directrice de la maison st anthelme me disait elle-même dernièrement qu’elle ne voyait pas pourquoi se priver de ces produits qui sont disponibles en magasin : auchan, gammevert, jardiland, castorama.. seul l’enseigne botanic ne vend plus de pesticides depuis 2008.

-24 juillet 2016 la loi sur la biodiversité est votée , elle a introduit l’interdiction totale des substances néonicotinoïdes « tueurs d’abeilles » (connus notamment sous les marques Gaucho ou Cruiser) accusés de décimer les abeilles. Cette interdiction a toutefois été repoussée au 1er septembre 2018, un an après la date prévue. On trouve majoritairement un de ces cocktails de neurotoxiques dans les enrobages de semences (les graines sont gainées du produit avant d’être semées) ou en traitement des sols. Des centaines d’études, dont celle de l’Agence nationale de la santé (Anses) en 2015 ou encore l’avis de 27 Académies des Sciences de l’Union européenne, démontrent la dangerosité de ces produits et la nécessité de les interdire

Le 25 juillet 2016, l’Anses a présenté à Ségolène Royal, la ministre de l’Écologie, son rapport sur les conséquences pour les travailleurs agricoles de l’utilisation des pesticides. Particulièrement critique sur les mesures mises en place aujourd’hui pour protéger les travailleurs exposés aux pesticides. Les ventes de pesticides augmentent alors que les terres et la biodiversité meurt: les agriculteurs ont acheté 16% de produits phytosanitaires en plus en 2014. Quant aux produits qui utilisent des molécules suspectées d’être cancérigènes, mutagènes ou toxiques pour la reproduction humaine, leur vente a augmenté de 13 à 22%, selon l’indicateur retenu. Autrement dit, tandis que la conversion en bio poursuit sa progression, les agriculteurs conventionnels utilisent de plus en plus de phytosanitaires

Enfin 2018 Le printemps risque fort d’être silencieux. Le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) annoncent, mardi 20 mars 2018, les résultats principaux de deux réseaux de suivi des oiseaux sur le territoire français et évoquent un phénomène de « disparition massive », « proche de la catastrophe écologique ». « Les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse, précisent les deux institutions dans un communiqué commun. En moyenne, leurs populations se sont réduites d’un tiers en quinze ans. »

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2018/03/20/les-oiseaux-disparaissent-des-campagnes-francaises-a-une-vitesse-vertigineuse_5273420_1652692.html#l7z8ZYk47s2RAZHm.99

Où sont passés nos oiseaux des champs? Comment nos refuges à biodiversité ont laissé leur place à la traque aux invasives ? Où sont passées nos terres agricoles? Où sont passés nos bulletins de vote?

Si l’ECOLOGIE n’était pas pas politique où en serions nous?

Je pense qu’il faut cesser de se raconter des histoires, l’ECOLOGIE doit être politique. Qu’aurions nous fait sans ces lois en faveur de la biodiversité et des élus pour les proposer et les défendre? Qu’est-ce l’écologie , la préservation de notre BIEN COMMUN sans l’appui d’une POLITIQUE NATIONALE, ou EUROPEENNE?

Que pouvons nous faire nous les associations sans le soutiens des collectivités, d’élus pour appuyer la parole d’une société civile que nous représentons?

Le constat, pour les français l’écologie n’est pas une priorité: par le pouvoir de ceux qui ont fait l’effort d’aller voter, aujourd’hui l’éducation à l’environnement en région rhone Alpes est confié aux chasseurs à hauteur de 3 millions d’euros. Nicolat hulot n’a pas été élu, n’a pas d’appui ni de groupe.

Seule l’Europe propose encore un cadre pour préserver les ressources naturelles, empêcher la disparition des espèces et des habitats menacés avec Natura 2000 est un réseau de 26 000 zones naturelles protégées qui couvre près de 20 % du territoire de l’UE et dans lesquelles des activités durables peuvent coexister avec la présence d’espèces et d’habitats rares et vulnérables. C’est aussi l’Europe via les fonds LEADER et FADER qui aide au développement d’une agriculture non conventionnelle (quoiqu’actuellement freinée en France car à la gestion des régions avec la nouvelle loi Notre)

L’Europe se soucie de la santé et le bien-être des personnes vivant dans l’UE

L’eau, la pollution de l’air et les produits chimiques figurent parmi les principaux problèmes environnementaux qui préoccupent les citoyens européens. Afin de les protéger contre les pressions exercées sur l’environnement et contre les risques menaçant leur santé et leur bien-être, l’UE a mis en place des mesures pour:

•garantir la propreté de l’eau potable et des eaux de baignade ;

•améliorer la qualité de l’air et diminuer les nuisances sonores;

•réduire ou éliminer les effets nocifs des produits chimiques .

Conclusion, le citoyen isolé n’a aucun pouvoir si ce n’est d’être réduit à un « pouvoir d’achat ».. aussi pour contrer les orientations du monde actuel j’ai envie de dire qu’il n’y pas plus de plantes invasives que d’humain invasif. Les refuges à la biodiversité font pendant aux terres agricoles, terre d’accueil pour l’humanité comme pour la biodiversité. Notre identité Européenne est riche de sa multitude, de ses régions, de ses terroirs, de ses langues régionales, de ses variétés potagères, florales, de ses MIGRATIONS ..

J’ose espérer que les semences du futur magnifique titre du film de ce soir, seront celles d’une société ouverte et consciente que l’accroissement de la population mondiale et citadine pose des problèmes environnementaux de plus en plus urgents. Il y a aussi les changements climatiques, alors il est temps de prendre conscience que nous sommes TOUS TOUTES interdépendants , citoyens et consommateurs , peuple et élus, agriculteurs et jardiniers, citadins et urbains, jeunes et vieux, de quelques origines que l’on soit nous partageons tous le même « jardin planétaire » pour reprendre la notion du paysagiste Gilles Clément.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *