Le jardin partagé de Brillat-Savarin 2019

Cela fait maintenant 3 ans que s’installe petit à petit un jardin partagé dans le quartier de Brillat Savarin. Son emplacement a été déterminé par un mur de pierre orienté plein sud, idéal pour la culture en début de saison. La terre y est particulièrement bonne.

Le jardin se situe aussi à proximité du compost collectif du quartier. Ce qui est pratique quand on veut du compost.

Cette année, comme toutes les années, nous avons commencé à travailler le sol, mais de manière sobre, en ne retournant pas la terre, avec un instrument appelé « Grelinette » (outil qui a été inventé à Montmélian).

la grelinette est posée par terre

Dès le printemps, nous avons pu commencer à faire les premiers semis. Essentiellement des radis, pois, etc….

Une fois que la terre était prête, après les dernières gelées, nous avons pu aller faire les premières plantation de plançons. Nous sommes allé les chercher à Genevray, un horticulteur qui a de magnifique serres en verre et qui est pas très loin du quartier.

Nous avons pu ensuite commencer les plantations. Nous avons planté des tomates (cerises, marmandes, noire de crimée, ananas, etc…), des endives, des fleurs, des cucurbitacées, comme des courgettes, des courges, melons….

C’est aussi en juin où l’on récolte les fraises qui avaient été plantées les années précédentes

Et on plante !

On a aussi récupéré des plantes, comme les topinambours. Les blettes, elles se sont ressemées toutes seules.On a fait que les repiquer.

plantation du topinambour
repiquage et arrosage des blettes.
il faisait déjà chaud en ce mois de juin et il était nécessaire déjà d’arroser les plantations existantes.

Quelques exemples de la croissance des plantations :

plantation de tomates
plantation de melon
après quelques temps
les courges plantées par un Papa du quartier
Elles ont bien grandi
plantation des courgettes et des cardons
la courgette a grandi
le cardon comme l’artichaud est une plante qui structure le jardin
les cardons en fleurs : c’est un havre pour la biodiversité

Cette année est la troisième année consécutive de déficit hydrique. Les mois d’été deviennent réellement problématiques à cause de la sècheresse qui est amplifiée par les épisodes de canicules.

Les plantes ressortent très affaiblis de ces épisodes. Il est nécessaire d’arroser et de pailler. Les autres années, nous avons pu pailler avec le gazon du clos-morcel que les paysagistes nous ramenaient. L’achat de tondeuse broyeuse ne nous laissent plus de déchets de tontes.

Nous avons de ce fait paillé avec du compost et du broyat. Nous sommes à la recherche de bottes de pailles.

Nous continuons à faire des animations autour de ce jardin tous les mercredi de 17 à 19 h et au clos morcel le mardi le 17 à 19 h.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.