Assises Régionales des jardins partagés 2013

Pour la première fois les jardins partagés se regroupent en rhone alpes pour se faire connaitre et reconnaitre. A un moment où la société est enquête de projets de développement humain, les jardins partagés se présentent comme des micro-expériences de transformation sociales et environnementales; ils se reconnaissent dans la formule symbolique et utopique: “la terre en partage, c’est l’humanité retrouvée”

Emmanuel Coux et  Marina Chélépine ont pu être présent  pour représenter l’association j’art dain partagé (Eliane Barone trésorière excusée) et ont pu assister aux ateliers

Journée riche de rencontres et de partage d’expériences nécéssaire pour nourrir et faire grandir les projets ..

assises-jardins-partages-19.01-0188.JPG

Salle du conseil régional pleine de jardiniers en tous genres..

assises-jardins-partages-19.01-0193.JPG

Lela Bencharif Conseillère régionale, et les co présidents du passe jardins Liliane Memery et Emmanuel Badet

assises-jardins-partages-19.01-0194.JPGassises-jardins-partages-19.01-0195.JPG

Marina Chélépine secrétaire et fondatrice du projet de j’art dain partagé travaille depuis 13 ans dans la vie associative et militante pour l’éducation populaire a pu échanger avec Lela Bencharif déléguée à la démocratie participative , à la vie associative et à l’éducation populaire, une très belle rencontre!

assises-jardins-partages-19.01-0190.JPG

Franck DAVID co-gérant de saluterre, membre du réseau national des jardins partagés “le jardin dans tous ses états” a pu cloturer la journée sur un texte poétique que ces quelques phrases de la charte évoque:

“un jardin c’est avant tout un projet dans ce sens, nous soutenons les principes suivants: la diversités des objectifs contribue à la richesse des projets: les objectifs écologiques, sociaux, culturels, éducatifs, artistiques, paysagers, thérapeutiques…valorisent au mieux les atouts du jardin

(..) ces jardins sont divers, mais portent des valeurs communes de partage, de créativité, de solidarité entre les communautés, d’aide aux personnes en difficulté, de liens retrouvés avec le monde vivant, de respect de notre environnement..

..en cultivant la terre, ce sont les solidarités nouvelles, les échanges, l’épanousissement personnel, le respect du monde vivant, le bien être que l’on irrigue, que l’on amende comme le terroir d’un nouveau développement humain et durable”


2 Commentaires

  1. Gabray

    Un article informatif fort agréable à découvrir.
    Cordiales amitiés & à +

    Répondre
  2. j'art d'ain partagé

    merci beaucoup.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.