Semaine des alternatives aux pesticides 20 au 30 mars 2015

 

Nous profitons cette année de cet évènement de la « semaine des alternatives aux pesticides » pour lancer notre saison de « causeries au jardin » 2015 afin de sensibiliser au jardinage au naturel. Nous proposons cette année 5 ateliers de mars à octobre 2015 (toutes les dates et contenu  des ateliers causeries sur ce lien)

Le 1er atelier (ou causerie)  sera le  29 mars de 10h-12h « connaissance des éco systèmes et vie du sol -pour un jardin vivant »

La réalité des chiffres montre en effet que l’usage des pesticides est principalement le fait de particuliers (jardins privés) , qui du reste font trop souvent un surdosage des produits par méconnaissance des conséquences sur leur santé, la santé de leur proches, sur l’environnement et des capacités d’action des produits.

Notre démarche est de proposer des méthodes pour créer et entretenir des JARDINS VIVANTS , ECONOMIQUES où la biodiversité peut s’exprimer

En effet les méthodes d’agro écologiques permettent de faire

1) Des économies d’énergie (fatigue, contrainte, pétrole etc..),

2) Des économies financières

3)  De valoriser la terre et l’environnement en ayant un beau jardin VIVANT,  et bon pour notre santé.

 

001Notre « hôtel à insectes »

L’Usage des pesticides est  encore trop répandu dans l’usage « non-agricole »

Selon l’Union des entreprises pour la Protection des Jardins et des espaces verts (UPJ) et l’UIPP, l’utilisation de pesticides pour des usages non agricole, l’utilisation par les particuliers,  est largement majoritaire puisqu’elle représenterait 86% du tonnage, contre 10% pour les communes, 2% pour la SNCF et 1% pour les DDE. Les produits utilisés sont en très grande majorité des herbicides.

Pour les particuliers, les principales données disponibles concernant ces usages proviennent des pays d’Amérique du Nord. Elles montrent que les pesticides sont présents dans 82 à 90% des ménages, avec en moyenne au moins 3 à 4 produits différents, dont 75% sont des insecticides utilisés à la maison et 22% des produits de jardins. Les usages sont multiples et variés, souvent difficiles à décrire.

Les pesticides en zone non agricoles sont notamment épandus dans les lieux suivants :

  • les jardins des particuliers ; (lien: les jardiniers serial killers des papillons.. »)
  • la voirie et les infrastructures routières (DDE, sociétés d’autoroute) ;
  • les infrastructures de transport ferroviaires (SNCF, RATP…) ;
  • les parcs et jardins publics ;
  • les cimetières, les terrains militaires, les aérodromes… ;
  • les emprises mises en herbe dans des zones à vocation commerciale, industrielle,
  • tertiaire… ;
  • les terrains de sport : golfs, des parcours sportifs, hippodromes, tennis, stades…

 

LA SANTE D’abord!

Les pesticides sont utilisés en grandes quantités depuis les années 50 par l’agriculture intensive.Cette forte utilisation entraine une présence de résidus de pesticides partout: dans l’eau bien sûr, mais aussi dans l’air, les brouillards et l’eau de pluie !

Les pesticides sont également présents dans nos aliments: près de 50% des fruits et des légumes produits par l’agriculture intensive en contiennent. Ils finissent dans nos organismes, apportés là par l’eau, l’air et les aliments consommés. Nos organismes hébergent ainsi des centaines de molécules toxiques dont de très nombreux pesticides.

Ces pesticides posent un véritable problème de santé publique, et pas seulement pour les utilisateurs qui sont les plus exposés, mais aussi pour la population générale. En effet, les effets de faibles quantités de pesticides, en mélange, pendant des périodes longues posent de nombreux problèmes de santé. L’épidémiologie nous montre ainsi que les personnes exposées aux pesticides ont plus de risque de développer de nombreuses maladies que les autres : cancer, malformations congénitales, problèmes d’infertilité, problèmes neurologiques ou encore système immunitaire affaibli sont plus fréquent chez eux !

Face à cette situation, quelles solutions?

>>>> Mieux évaluer les pesticides pour interdire tout ceux qui présentent un potentiel toxique pour l’homme avéré ou même suspecté et surtout

>>>> diminuer considérablement l’usage des pesticides en changeant d’urgence le type d’agriculture pratiquée dans notre pays et promouvoir les alternatives aux pesticides !

 

Sources site « générations-futures.fr »

Ci dessous vidéo de 21 minutes sur le parcours d’agriculteurs, boulangers etc.. ayant fait le choix du bio face aux effets des pesticides sur la santé..

 

Notre lien sur le site « semaine des alternatives aux pesticides »

http://www.semaine-sans-pesticides.fr/events/atelier-vie-du-sol-et-auxiliaires-du-jardinier/

 

Mreligieuse

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.